Signes Biographiques
 
Rit. Crookes
 
Chronologie tlc
Chronologie télégraphe
Chronologie téléphone
Chronologie radio
Chronologie TV
Chronologie comp.
 
Indiex Scientifiques
Bibliographie
Glossaire

 

     

 

Sir Joseph John Thomson

 
   
Cheetham 18.12.1856 - Cambridge 30.8.1940

1897  Découverte de l'électron



       

       

Physique, je remarque pour le sien étudies expérimentaux sur l'électron, en 1906 obtint le prix Noble pour ses recherches sur la conductibilité électrique des gaz Cinq ans après la formulation de la théorie électronique de la matière, Thomson "découvre" l'électron. En réalité il ne s'agit pas d'une véritable découverte, puisque Thomson était déjà plus qu'autoconvaincu environ la validité des théories relatives aux porteurs de charge, et il cherche à effectuer des observations qui puissent donner des valeurs numériques aux paramètres de ces corpuscules, de lui définis des "atomes élémentaires" ; donc il serait plus exact dire qu'il a montré l'existence de l'électron. Le sien tu étudies, qu'ils sont un entente entre des complexes théories et aussi complexes expériences, dans le détail dont nous n'entrons pas, se prolonger pour beaucoup d'ans, et viennent tous effectués prés de centre de recherches expérimentales de Cambridge, intitulé à Lord H.Cavendish, dont Thomson a devenu directeur à seul vent huit ans. Ses recherches partent de étudie sur les gaz raréfiés, dans lesquels il cherche la corrélation entre les lois de l'électromagnétisme et la structure de la matière, en enquêtant sur les rayons cathodiques qui il retenaient, contrairement aux physiques des allemands, des matériels, et en mesure de marquer du trajectoire de particules de matière, charges d'électricité négative. L'existence de ces particules est vérifiée après une série d'expériences. À Thomson il reste cependant le doute environ la nature de ces particules, c'est-à-dire s'ils étaient des atomes, ou molécules, ou quelque chose encore de plus petit, et en 1897 il mène une série d'expériences sur la valeur du rapport entre la masse et la charge des particules constituantes les rayons cathodiques, en arrivant à la conclusion de l'existence "d'un nouvel état de la matière, dans laquelle toute la matière est d'un seul genre, et cette matière est la substance avec laquelle ils sont construits tous les éléments chimiques". Dans une mémoire de 1904 il suggère l'idée de l'atome sans noyau ; en suite il fut réfuté de Rutherford avec les données de l'expérience de Geiger et de Marsdem.