Chronologie tlc
 
Chronologie télégraphe
 
Chronologie téléphone
   
Chronologie radio
 
Chronologie TV
 
Chronologie composants
 
Index Scientifique
 
Bibliographie
  

Becquerel
 

 
 
 


   

Jöns Jacob Berzelius

Jöns Jacob  Berzelius

   
     Väfersunde-Sörgåid 20.8.1779 - Stoccolma 7.8.1848
1817 Sélénium
 
       
Chimique qui en 1817 isola sélénium composant fondamental pour je développe des cellules des stations photo-électriques et successivement pour les reprises télévisées.
  


       

Signe Biographiques





Chimique Suédois. De pauvre famille, B. réussit cependant à étudier de la médecine à Uppsala. En suite il fit l'assistant volontaire à Stoccolma dans la faculté de médecine. Peu après l'invention de = À Volta de la pile, B. en 1802 entama ses expériences sur les effets chimiques du courant électrique (= W. Nicholson), en relevant de 1803 dans sa collaboration avec W. Hisinger, que tous les sels sont décomposés de l'électricité. De ici elle se développa sa conception de dualisme (cfr. plus en avant) en second lieu laquelle tous les mélanges inorganiques ou organiques sont constitués de composantes positifs et négatifs. En 1803, toujours avec l'aide de Hisinger, il découvrit le cerio, auquel il fit suivre plus de tardes même découverte du sélénium et du thorium. B. isola, pour premier, même le silicium, le zirconium et le titane. Le système dualisme de B. se base sur l'hypothèse que les plus petites particules d'une substance simple aient une polarité électrique bien définie. Mais dans chaque pôle l'électricité positive et l'électricité négative n'ont pas la même force. À deuxième qui dominations l'une ou l'autre, la substance est electtro-positive ou à electtro-negative. Les substances electtro-positive acquièrent toujours l'électricité positive lorsque on unit avec une substance electtro-negativa. B. nous subdivisâmes les éléments chimiques en deux grandes classes et supposa que je marque électrique de chaque élément pouvait changer selon le mélange dans lequel il entrait. Seulement l'oxygène était invariablement négatif. Dans ce classement les éléments étaient commandés en suivant la progression de leurs propriétés positives ; ceux autour de je centre de la progression avaient des propriétés électron-chimiques pas bien définies. De telle manière chaque mélange résultait de l'association d'éléments ou de groupes d'éléments de je marque électrique opposé. Ces représentation fut adoptées universellement. Elle se maintint inchangé dans la chimie inorganique, même lorsque les progrès la rendirent dépassée en chimie organique (où de toute façon B. anticipa l'idée de radical). Auto convaincu partisan de la théorie atomique de = J. Dalton, B. voulut vérifier et confronter les différentes positions sur la présence de proportions fixes entre les composantes d'un mélange et non (= J.L. Proust et = c.- L. Berthollet) au moyen d'une énorme série d'analyse chimies conduite sur plus que 2000 composés (1807-17) et dans lesquelles il montra à capacité des analytiques extraordinaires. B., qui dans 1815 avait été nommé professeur de chimie prés de l'institut médical- chirurgical de Stoccolma (se retira dans 1832), sut trouver un accord entre la théorie atomistique, celle-là du proportions fixes et les conceptions sur rôle dell'oxigène dans combustions (= A.L. Lavoisier), en construisant sa table déesses pèse atomiques, en employant l'oxygène comme de base (auquel il attribua le poids 100). Dans 1818 publia le tableau déesses pèses atomiques de 45 déesses 49 éléments chimiques alors remarques, tableau que vous étendez et perfectionna dans 1828. Dans le cours de ces recherches, B. élabora son système de nomenclature chimique. B. choisit comme symbole la première lettre du nom latin ou le latinisée de chaque élément ; pour éviter des confusions et des fraintendimenti en cas d'ambiguïté, la première lettre elle était suivie d'une lettre complémentaire. En associant ces initiales B. en outre il obtenait la formule de la substance composée, dans laquelle les symboles sont accompagnés d'exposants numériques des correspondants aux unités de poids atomique de chaque élément constituant le mélange. Le principe de cette notation n'a été jamais abandonné. B. inventa, le terme de catalyse pour désigner le phénomène associé avec l'accélération de la vitesse des procès chimiques (action catalytique est cette des acides sur la hydrolyse de l'amidon découverte de = G.R. Kirchhoff, comme même cette de l'éponge de platine sur l'électrolyse). Selon B. les liens entre des atomes ou les groupes d'atomes dans les molécules sont d'origine coulombiana. Il choisit l'hydrogène comme élément de référence dans la détermination des poids équivalents et introduisit le concept d'isomeria (nom qui remonte à B.) et allotropie. Il étudia les protéines (même dans ce cas en proposa le nom, dérivé du grec prèteioj, du "médecin-chef", pour en indiquer le rôle fondamental pour la vie). Il améliora considérablement, de grand analyste ce qui était, l'instrumentation du laboratoire chimique (entre autre : papier pour filtrages, tubes de gomme, technique des pipettes, balance). Dans les derniers ans les polémiques avec les chimiques plus jeunes l'attristèrent profondément. Toute la carrière de B. se déroula à Stoccolma et dans son laboratoire ils travaillèrent presque tous les chimiques allemands qui acquirent renommée dans le XIX siècle. Le prestige de le sien tu travailles, les revues annuelles dans lesquelles commentait et soumettait à critique les travaux de ses collaborateurs firent lui un vrai législateur de la chimie. Son chef-d'oeuvre est la formulation de la théorie dualistica et l'institution de la symbologie chimique qui en suite auraient eu une importance considérable pas seulement pour le langage des chimiques, mais même en rapprésentation et discussion de n'importe quel réaction. Le grand scientifique Suédois exerça une hégémonie incontestable sur développe de la chimie pour environ 30 ans.